samedi 21 novembre 2015

Les anglais entrent dans la danse. Compte-rendu de partie, guerre de succession de Bretagne avec la règle "Argad"

Cette partie a été jouée le dimanche 24 Octobre 2015 à Theix (56) lors des "24h du Jeu".
Le scénario avait été écrit par Patrice et mettait aux prises 4 joueurs (3 Monfontistes (= partisans du Duc de Monfort)  et 1 Blésiste (partisan de Charles de Blois)).
La plupart des protagonistes entraient sur la carte au premier tour, le quatrième (votre serviteur) se trouvant déjà sur place, caché dans un petit village où il avait trouvé quelques sympathisants pour le soustraire à la vue de l'ennemi durant sa convalescence (voir Succès et déboires du Bâtard de Quimerc'h)
Un paisible coin de Bretagne, avant le carnage fratricide.
Au milieu de la table, le puissant donjon sur lequel Guillaume de Malestroit devait pouvoir s'adosser.
Les trois colonnes ennemies entrent par des côtés différents: A L'est, la puissante colonne de Guillaume de Malestroit.

La colonne blésiste de Guillaume de Malestroit.

Entrant par le Nord-est, une colonne entièrement montée, d'archers anglais et de nobles bretons, menés par  Auffret de Cosquer.
Le village où le bâtard de Quimerc'h soignait, dans la plus grande discrétion, ses blessures. 
Au sud-est, le parti d'archers anglais venant renforcer Per de Quimerc'h. Le sergent apporte une forte cassette de subsides anglais, cadeau du Duc de Lancastre, qui doit permettre au bâtard de reformer une troupe. 
Au nord-ouest, la colonne menée par Guilo Clec'h. Le ménestrel, fidèle espion au service de Monfort, reconnait Guilo et le renseigne sur la présence au village, de Per de  Quimerc'h.

 Ces partis vont donc se croiser, s'entraider ou se combattre tout au long de la journée.

On peut distinguer Per, avec sa monture dans l'un des bâtiment du village
    Au Nord-est, le premier acte voit Auffret de Cosquer se déployer devant Guillaume de Malestroit, avant de remonter précipitamment en selle et de se replier. Le Sieur de Malestroit eût-il opté pour bifurquer au Sud, il eût taillé en pièce les quelques archers anglais qui s'y trouvaient et récupéré le trésor.
Après avoir chassé Auffret, Guillaume optera pour une défense de la ville, pourtant trop éloignée du donjon pour bénéficier d'un quelconque soutien.
 
Débarqués trop à l'est à cause de vents violents, les anglais suivent le rivage pour rallier la ruine où ils ont rendez-vous. Ils ne savent absolument pas quel accueil, les paysans du coin leur réserveront.

Les grandes manœuvres commencent. Guilo se rend au village et retrouve avec joie, Per de Quimerc'h, valide. Il l'avait sauvé, in extrémis et en piteux état, des griffes françaises à Saint-Goustan, la campagne précédente.
Les paysans suspicieux voient Guilo entrer dans le village.
Per se précipite à sa rencontre. Chaudes retrouvailles, forces embrassades et ris!

Per remonte pour la première fois à cheval, après des mois d'alitement.

  La colonne de Guilo, puis celle de Per, contournent alors le donjon et la colline qui le flanque, par l'ouest. Cette colline est occupée par des partisans blésistes. Ils n'hésitent pas à décocher quelques  traits sur la colonne de Guilo, qui perd un homme. Pourtant, Guilo poursuit son chemin.



















Après avoir harangué les villageois avec sa verve habituelle, Per voit son effectif renforcé... d'un unique paysan. Sa femme et son fils, en pleurs, lui souhaitent bonne chance pour la bataille à venir.




Pendant ce temps, Le ménestrel, espion Monfortiste, a rallié le point de rendez-vous où les anglais patientent. Ils avaient dressé leur camp et se demandaient si quelqu'un viendrait finalement un jour.

L'espion rencontre enfin les renforts anglais. Il leur signifie que les bretons, dont Per de Quimerc'h sont en route.


La deuxième colonne qui passe sous la colline est celle de Per. Lui aussi pris pour cible, ill n'hésite pas . Bien que le terrain soit difficile, il lance ses piétons à l'assaut.

Alors que Per passe sous la colline, les charbonniers blésistes s'en prennent aussi à lui...


... Combat dans les broussailles ! Les quatre manants sont défaits. Per y perdra l'un de ses lancier.
L'espion revient et rend compte: "Messire, les anglais ont bien débarqués, ils vous attendent à la tour en ruine!". Sur la colline, les piétons de Per de Quimerc'h harcèlent les chevaliers ennemis de quelques traits. Il devient évident que les armées vont s'affronter pour la possession la ville.
    Per se rend au triple-galop à son rendez-vous tandis que son espion tente d'entrer en ville. Il croise en route un autre manant à cheval, qui lui demande moult renseignements. Alors que le ménestrel lui indique aller vers le sud, ce dernier lui affirme remonter vers le nord. Malgré sa couverture, le ménestrel ne peut rentrer en ville. Les pro-Charles de Blois y sont déjà et entreprennent d'en barricader les accès. Ils ne veulent pas d'yeux indiscrets. L'espion est fermement éconduit.
Guilo se déploie qu sud-ouest de la ville, Auffret à l'ouest et les archers anglais au sud. 
Guilo arrive, les archers anglais fondent sur la ville qu'ils voient se renforcer rapidement.

Per arrive enfin et fait la jonction avec les renforts tant attendus.

On se bat maintenant partout le long des barricades improvisées. Guillaume a réussi à mobiliser les pro-français.
Un autre affrontement, plus singulier, se déroule à l'extrême sud. Le hasard fait que les deux espions se retrouvent à nouveau face-à-face. "Ce manant avait pourtant affirmé remonter vers le nord!". Maintenant avérée sa duplicité, le ménestrel sort brusquement une dague et la lui plante en plein cœur. "En voici un, qui ne renseignera plus jamais le parti français! ".
Au sud de la ville, le combat est confus. Les archers anglais ne peuvent profiter de leur avantage au tir et son contraints de monter à l'assaut. Toujours aussi fougueux, Quimerc'h est monté en première ligne et a été blessé à nouveau.
Ça y est, l'ennemi cède enfin. Les chevaliers blésistes replient vers le couvert du donjon, tandis que les quelques piétons restants sont écrasés. Quimerc'h reste plié sur sa main blessée.




Au second plan, les piétons blésistes sont criblés de traits par les anglois. Au fond, les citadins en fuite sont rassemblés près du donjon. Ceux qui ont des vivres pourront s'y réfugier, les autres devront se débrouiller par eux même.

Entrée des Anglois dans la ville. Auffret fera rapidement une découverte remarquable dans une des caves. La poursuite s'arrête. L'ennemi est désormais sous la protection des arbalétriers du donjon.

Un moine prie pour les âmes des bretons tombés de part et d'autre ce jour. Voici les forces rescapées de De Quimer'ch à la tombée du jour.

Au total, le bâtard de Quimerc'h n'a perdu qu'un piquier, dans l'affrontement des collines. Il est maintenant fort des renforts anglois et surtout d'une cassette bien remplie. La prochaine aventure, quand sa main sera guérie, le verra-t-elle enfin reconnu dans ses titres et domaines?
Vous le saurez au prochain épisode. 

Aucun commentaire: